Qui est-il ? Que fait-il ?

18/07/2011

Qui est-il ? Que fait-il ?

C’est difficile. Difficile de dire tout ce qu’on fait.

Par exemple, votre électricien que propose-t-il ? Des services relatifs à votre installation électrique, bien sûr! Mais si vous discutez avec lui vous allez découvrir qu’il fait aussi de la plomberie, du chauffage et de la maçonnerie… Mais vous l’ignoriez,parce qu’il ne vous l’a pas dit ou pas suffisamment répété.

Et vous-même communiquez-vous correctement sur vos prestations ? Vos clients connaissent-ils toutes les facettes de votre activité ? Faites le test… Demandez-leur de vous dire ce que vous faites. Vous risquez d’être surpris.

Personnellement, je suis communicant, plus précisément concepteur-rédacteur publicité. Mais mes propres enfants s’obstinent à dire que je suis biographe, une activité annexe qui ne représente que 5% de mon activité. Alors, à force de leur répéter que je réalise aussi des magazines d’entreprises, des catalogues, des brochures, des dossiers de presse et des vidéos, ils finiront par savoir ce que je fais. C’est la répétition qui fait la force de la communication.

A vous d’en faire de même !


Communication de crise

06/01/2009

340886_9979Évidemment, c’est la crise…

À l’heure de la récession, on est tenté de dépenser moins, on évite d’acheter de la viande, on arrête de fumer ou on prend les transports en commun. Dans les entreprises, c’est encore plus vrai: on va geler les salaires, supprimer le séminaire de mars, ralentir les investissements de recherche et surtout on va arrêter de faire de la comm.

Mais peut-on gagner le 100 mètres sur une jambe?

La stratégie marketing d’une entreprise repose sur l’efficacité du mix « produit/ prix/ distribution/ publicité ». On ne peut pas faire l’impasse sur la publicité, sinon c’est toute la cohérence de la stratégie de l’entreprise qu’on met en péril.

J’ai récemment discuté avec un prospect qui distribue du matériel agricole. Il connaît quelques difficultés de trésorerie. Il exposait tout de même sur un salon. Mais il n’avait même pas d’affiches ou de calicots pour qu’on l’identifie. Évidemment, les clients potentiels ne l’ont pas vu et sont allés chez son concurrent, plus habile à la communication.

Voilà ce que c’est de vouloir faire des économies de bouts de chandelles. Une fois qu’il avait décidé d’aller sur ce salon, il devait se donner les moyens de s’y faire remarquer. Car, au final ce sont des centaines d’heures de travail, des milliers d’euros gaspillés parce qu’il a voulu s’économiser…l’impression d’un simple calicot !

A bientôt !

Hugues